La Peintre et le Samouraï sont heureux de vous faire partager leurs nouvelles aventures

Mariés en 2004, plus de vingt ans après notre première rencontre dans une école d'art à Paris, nos chemins se sont séparés, puis réunis par un caprice du destin. Partant du principe que la vraie vie, celle que l'on choisit, commence à partir de 40 ans, nos avons décidé de choisir aussi notre pays et nous sommes donc installés au Québec en 2007 avec notre fils Ziggy, ainsi que Cyran, le fils d'Isabelle ; Julia, la fille d'Isabelle, ayant décidé de rester en France. Notre fidèle chienne labrador Oriane nous a suivi et les jeunes Padawan (un poulain) et Chewbacca (un chiot) ont depuis peu rejoint la tribu Teafortwo.
Pourquoi la Peintre et le Samouraï ? Parce que nos deux passions, la peinture pour Isabelle et l'aïkido pour Gilles, dirigent nos existences, au même titre que la nature, les animaux, la bonne bouffe et les joies simples de l'existence.

jeudi 22 décembre 2011

Bye Bye 2011, Bonjour 2012 !

En ce 22 décembre nous vous envoyons à toutes et à tous nos meilleurs voeux pour 2012, en vous souhaitant bien évidemment un Joyeux Noël.


Cette année a été riche en rebondissements de toutes sortes. Après un intermède d'une année dans l'univers impitoyable de la finance, Isabelle est retournée à ses premières amours : l'art et l'enseignement des arts. Elle poursuit  inlassablement son doctorat, dont la fin est prévue pour 2013. Elle reprend également l'enseignement, lentement mais sûrement, et avec passion. Gilles, le Pâtissier-Samouraï, est toujours sur le pont et continue de nous régaler avec ses petits gâteaux, sabre (ou plutôt katana) au clair. Cyran, de retour de Calgary, prépare une maîtrise à Montréal. Julia étudie toujours la musique à Lyon. Ziggy, notre jeune apprenti, étudie dur lui aussi : il est sur le point de maîtriser l'art difficile de la lecture (la grammaire et l'orthographe, ce sera pour plus tard). Et comme vous le savez, fidèles lecteurs de Teafortwo, nous sommes engagés sur la voie authentique d'un retour à la nature. Si nous continuons comme ça, dans quelques années nous aurons un chenil et une écurie ! En tout cas nous sommes bien partis, avec Oriane, Padawan et Chewbacca, dont l'arrivée est prévue à la maison mi-janvier.



Joyeux Noël et Bonne année !









samedi 26 novembre 2011

Équitation Western

Hello,
Voici une vidéo sur le lien ici :

Une autre école et un autre style. Avec Ziggy nous avons commencé à prendre des cours au domaine équestre Gaïa, une fois par semaine. Après quelques cours particuliers nous allons en avoir en groupe de 4 adultes et enfants afin de mieux progresser.
L'année prochaine bottes et chapeau de cow-boy obligatoires.
Le Samouraï

Je ne peux m'empêcher de compléter le message du Samouraï en ajoutant ma petite vidéo sur Padawan, que vous pouvez visionner directement :

video

La Peintre

dimanche 20 novembre 2011

Naissance de Chewbacca

Chewbacca sera l'un des 2 mâles le plus foncé
 photos de l'élevage Josaby   
 Chewbacca, le Labrador Red Fox qui va bientôt venir rejoindre notre grande famille Animal-Homme est né jeudi dernier avec ses 4 autres frères. Une portée de gars, fils de Mandarine et de Valentin le bien nommé. Après Padawan (et pas d'avoine) dont on a commencé le débourrage, ça va être au tour de Chewbacca d'être éduqué et devenir un compagnon fidèle pour de nombreuses années.
Mais croyez nous, ils ne seront pas les derniers à arriver dans la gang.
Chiens et chevaux font partie intégrante de notre vie, de notre style de vie, proche de la nature et de la forêt. Alors bienvenue à Chewbacca.

dimanche 6 novembre 2011

Padawan, notre jeune apprenti


Bienvenue à Padawan, un jeune poulain croisé Paint et Belge/Canadien, âgé de 1 an et demi qui va venir s'installer à l'écurie GAIA. Nous sommes allés le voir dans celle où il a grandi depuis sa naissance et, dès que nous l'avons vu, nous avons su que c'était le poulain de nos rêves, celui que nous attendions depuis toujours. Bien charpenté, solide, il vit déjà dehors toute l'année, et c'est un vrai glouton, nourri au foin et à l'herbe .

C'est moi Padawan, le jeune apprenti

Pourquoi prendre un poulain, sachant que nous ne pourrons pas marcher, trotter ou galoper ensemble (le monter) avant qu'il soit âgé de 4 ans ? Ben justement pour pouvoir le débourrer comme on veut, naturellement, en fonction de sa nature et de son esprit. Nous avons encore en mémoire l'expérience Kanuck, un cheval cyclothymique, et nous pensons qu'il vaut mieux prendre un poulain, qui pourra être dressé correctement, sans le blesser ou le stresser. De plus on va le nourrir naturellement.



Salut les amis
Au début, durant toute sa période de croissance, notre rôle sera de le sortir en longe, de s'apprivoiser mutuellement, qu'il s'habitue à nous et nous à lui, de le sortir en longe dans la forêt et dans le manège. De le panser. Bref de l'élever comme un jeune enfant.

Entre lui et Chewbacca, le bébé Labrador, qui va naître vers le 23 novembre et qui va venir nous rejoindre à la maison en janvier 2012, on se met en mode éducation des jeunes animaux. Bien sûr, il faudra oublier les sorties et autres virées mais,
soit-dit en passant, passer nos fins de semaine dans les bois sauvages sur une terre qui dégage de l'énergie, au coeur de la nature forte, authentique, vraie, en compagnie de personnes avec qui on partage les mêmes valeurs de mode de vie. C'est notre choix de vie : la nature et les animaux. Se rapprocher d'eux et s'éloigner de la vie artificielle.

Le Samouraï
Un oeil brun, un oeil bleu

Je m'associe au Samouraï, d'autant plus que j'aurai mis 8 ans avant de réussir à le mettre à cheval ! Il a commencé l'équitation western il y a tout juste un mois, en même temps que Ziggy, et c'est le coup de foudre. Avant il ne voulait pas entendre parler d'équitation, un monde qu'il ne comprenait pas. Et petit à petit, à force de l'emmener à l'écurie, de lui montrer des chevaux au pré, même et y-compris Kanuck, il a fini par s'y mettre.

Comme quoi il ne faut jamais perdre espoir !

En tout cas j'espère que d'ici un ou deux ans nous pourrons commencer les randonnées ensembles, lui en western et moi en classique. Peu importe le style d'ailleurs. Ce qui compte, c'est l'amour de la nature et des animaux, et ça, c'est essentiel pour nous.

D'autant plus que, dorénavant, je pourrai me consacrer à l'art à 100 % : la vie d'adjointe administrative dans une grosse firme nord-américaine, c'est FINI !!! Terminé !!! Je leur ai dit adieu pour toujours vendredi dernier. Demain je reprends mon doctorat à plein temps, et j'espère en venir à bout d'ici juin 2014. La route est encore longue et je ne suis pas au bout de mes peines, mais ça en vaut vraiment la peine.

Nos aventures continuent ...

La Peintre - cavalière






Dernière photo : gracieuseté Cheval de Rêve

lundi 10 octobre 2011

L'été indien en 2011


C'est sur l'air de la chanson de Joe Dassin que nous avons profité du long week-end d'Action de Grâces pour découvrir le nord de la Rive Sud (qui est à l'est, mais c'est normal au Québec), que nous ne connaissions pas, et sommes allés nous promener du côté de Sorel. Et là, 1ère surprise : nous avons du prendre le traversier. Nous ne nous y attendions pas, Simone (notre GPS, la bien nommée) n'ayant pas jugé nécessaire de nous en informer. C'est donc à bord d'un bac et en compagnie de 2 autres voitures que nous avons donc traversé la rivière pour nous rendre de Saint-Ours à Saint-Marc-de Richelieu.C'était très sympa, mais j'ose à peine imaginer les habitants de Saint-Ours qui ont oublié d'aller acheter le pain à Saint-Marc !



En route nous avons profité des couleurs d'automne, encore très vertes, mais avec déjà de belles nuances de rouge. D'ici une dizaine de jours ça va être vraiment flamboyant.


Le but de notre excursion était rendre visite à Kanuck, mon ancien cheval. Je m'en suis séparée il y a un peu plus d'un mois la mort dans l'âme, mais je n'avais pas le choix : il est vraiment trop caractériel ! Mais il a l'air heureux dans sa nouvelle écurie, et sa nouvelle propriétaire est aux petits oignons pour lui. C'est le principal.


De retour au sud de la Rive Sud, nous avons bénéficié d'une température plus que clémente : 25 degrés pour un 10 octobre, c'est pas si mal. Qui a dit qu'il faisait froid au Québec ?


Du coup, j'en ai profité pour m'offrir une belle petite balade avec Arlington, le cheval que je monte en ce moment. Je vais prendre le temps de réfléchir avant d'acheter un nouveau cheval.


Un bon vieux cheval de rando qui passe partout, ce serait l'idéal ... Un du genre qui plait aux petits garçons, par exemple !


Quand à notre perle noire, elle attaque vaillamment sa 14ème année. En janvier nous aurons un nouveau petit chiot. Mais il n'est même pas encore né, alors nous aurons le temps d'en reparler ...


Signé : La Peintre

ps : le prochain message n'aura pas lieu avant un bon mois probablement, emploi du temps de ministre oblige ...

samedi 8 octobre 2011

Encore un souvenir ...


Nous avons retrouvé dans nos archives la vidéo d'une belle journée de septembre avec nos amis de Cherrybee, dont nous saluons la maman au passage.

Si nous publions peu de messages/photos/vidéos, ceux-ci sont toujours originaux et jamais copiés sur d'autres sites. Outre le fait que nous avons une vie bien remplie en dehors du net, ceci explique la rareté de nos publications.

Voici donc la vidéo en question :


ps : n'hésitez pas au passage à aller voir nos vidéos antérieures sur les messages ci-dessous


mercredi 28 septembre 2011

L'atome des Bauges


Le Samouraï a encore frappé !
Allez voir le souvenir de ses vacances en Savoie :


Dépaysement garanti ...

vendredi 26 août 2011

Coquillages et crustacés ...


Sur la plage abandonnée
Coquillages et crustacés
Qui l'eût cru déplorent la perte de l'été
Qui depuis s'en est allé ...

Les gars sont rentrés avec des souvenirs plein la tête. La preuve, ces deux vidéos tournées en Savoie par Le Samouraï :


C'est la rentrée des classes. Ziggy et moi sommes prêts tous les deux, avec chacun des défis d'envergure à relever : apprendre à lire, à écrire, à compter, faire ses devoirs, faire du sport, se lever tôt et partir aux horreurs le matin ...

dimanche 31 juillet 2011

Le Grand Prix


Les gars étant à l'autre bout du monde (un à Calgary et les deux autres en Savoie), j'ai noyé ma solitude dans une immersion équestre intense : balade aux aurores avec mon canasson (pauvre Kanuck !) et ensuite, tous azimuts sur Bromont avec M.S., une jeune passionnée de chevaux comme moi (je parle de la passion et non de l'âge).

Nous avons donc assisté au Grand Prix, gagné par une canadienne pour les 1er et 3ème prix (oui, mais elle montait deux chevaux) et par une russe pour le 2ème prix. Voici les résultats officiels, et un reportage en direct. Vous excuserez la qualité des photos : je n'étais pas équipée commes les photographes professionnels qui, en plus, étaient en milieu de terrain.

Cliquez sur le lien pour voir la vidéo : International de Bromont !









Signé : La Peintre



dimanche 10 juillet 2011

Le Pow Wow de Kahnawake



Aujourd'hui, alors que Montréal se remet à peine du méga-concert de U2, nous sommes allés au grand Pow Wow de Kahnawake participer au grand rassemblement des premières nations. Nous avons vu des plaques du Québec, d'Ontario, de New York et de Floride. Les gens sont venus de partout et certains ont même campé sur place, dans une atmosphère familiale bon enfant. C'est, sûr, nous y retournerons l'an prochain !

La preuve en vidéo : cliquez ICI



samedi 18 juin 2011

Le retour du fils prodigue


Cette semaine, mon fiston (le grand, parce que le petit est encore à la maison un petit bout de temps) est venu passer quelques jours à la maison, après plus de six mois d'absence. Comme il est plutôt loin en ce moment (l'Alberta n'étant pas franchement la porte à côté : 3 528 kms) nous en avons profité pour faire coup triple : son anniversaire et sa graduation (il est à présent Bachelier es Arts), qui tombaient le même jour,




et une soirée mémorable inter-générationnelle, inter-régionale et internationale avec ses amis et nos amis, entre Québec, Alberta, Colombie Britannique, Provence, Île de France et Savoie. Il y avait de l'anglais ainsi que du français d'ancienne et de nouvelle France, mâtiné d'une pointe d'accent marseillais. Un mélange parfaitement représentatif du Québec contemporain, finalement.

Ce fut bien évidemment une soirée gastronomique avec Gilou au BBQ (Nomards et tarte aux fraises), qui s'est terminée autour du foyer extérieur, avec les guimauves grillées à la mode du Québec ET à la mode de Colombie Britannique (en sandwiche, entre deux biscuits Graham petite abeille), et même à la mode provençale : à la paresseuse, au-dessus du foyer pour ne pas avoir à se baisser.











La perle noire sous l'averse. Heureusement que nous avions des bâches pour nous abriter : après une semaine à 30 degrés, il a fallu qu'il pleuve justement le jour du BBQ ...




Et pour en savoir plus, allez voir le blog de notre amie Cherrybee, ainsi que celui de Jennifer et Damien (voir en bas de page) qui étaient des nôtres !

jeudi 9 juin 2011

Faut pas prendre les chevaux vapeur pour des canards sauvages !


Allez voir la vidéo du Samourai, à visionner : ICI !!!

mardi 7 juin 2011

Writing Your Dissertation in Fifteen Minutes a Day



Bien sûr, ce n'est pas comme ça que ça se passe ! Ce serait trop facile ... Mais tout de même, c'est encourageant.

Voici donc le dernier livre que j'ai commandé sur Amazon et que l'on vient de me livrer, tout nouveau tout beau.

Pourquoi donc, me direz-vous ? Moi qui essaie depuis quelque temps de me rapprocher de l'essentiel et de vivre dans la simplicité ... Encore un livre de plus qui va encombrer ma bibliothèque !

Certes. Mais un livre, Oh combien essentiel.

Car ma décision est prise : je replonge dans l'univers impitoyable de l'Université. Eh oui, c'est décidé. Ce n'est pas encore officiel car j'ai pas mal de paperasserie à remplir avant de pouvoir y retourner. Après avoir du justifier mon départ, je dois à présent motiver mon retour. Et ce n'est pas gagné ! D'un point de vue purement administratif cependant. Car j'ai tout de même trois profs, de vraies pointures, qui me soutiennent dans cette aventure. Mais ça en vaut la peine.

Je garde mon travail cependant. J'ai déjà fait quatre années de doctorat (en accéléré) et il ne m'en reste plus que deux, grosso modo. Le plus dur est fait, ce serait dommage d'arrêter à ce stade. D'autant plus que la langueur monotone des multinationales nord-américaines n'est, finalement, vraiment pas faite pour moi. Pour quelques années, oui. Pour toute une vie, non.

J'ai d'ailleurs déjà commencé à m'organiser. J'ai fermé mon compte Facebook : c'est un outil de communication formidable, mais on y passe trop de temps. Même en se limitant aux week-ends. Sans devenir une ermite pour autant, je dois mettre en place une organisation militaire pour y arriver.

Et grâce à ma tribu et mes animaux, j'y arriverai. Scron-gneu-gneu.

dimanche 10 avril 2011

L'Art de l'essentiel


Nous voici de retour, après un mois ou presque sans blogue. Heureusement, Gilles m’a remplacée au clavier. Je n’ai tout simplement pas eu le temps de passer ici. Et pourtant ! Nous en aurions, des choses à raconter …

Tout d’abord, sur le travail et les réflexions que m’inspirent le fait de passer 5 jours sur 7 dans une multinationale nord-américaine. Parfois, je regrette le bon vieux temps de la machine IBM à boule (avec copie carbone s’il vous plait), des téléscripteurs et des premiers minitels. Il n’était pas question à l’époque de faire des affaires en temps réel avec des clients à l’autre bout de la planète. Encore moins de produire des documents de qualité imprimerie. Non, l’on se contentait de bonnes vieilles lettres commerciales avec, à l’occasion, une coquille que l’on camouflait à coup de tipp-ex. Comme on dit ici, tout se faisait à mitaines. Mais, en tant que secrétaire débutante, j’avais des contacts téléphoniques réguliers avec des clients, j’assistais aux réunions, et j’avais l’impression de participer à un grand projet. Aujourd’hui, devenue une adjointe d’expérience ou, comme dirait mon patron, d’une très grande maturité (un doux euphémisme pour dire que j’ai des heures de vol), je passe mon temps à remplir des formulaires et transmettre des courriels auquel je ne comprends rien puisque, à aucun moment, je n’ai de contact avec la clientèle. Tout est devenu virtuel. Au point que je me demande si les affaires ne sont pas elles mêmes devenues virtuelles. Nous ne sommes plus que des matricules. Tout comme les dossiers, qui sont devenus dématérialisés, je me demande si l’on ne va pas nous dématérialiser nous aussi, les adjointes. Mais non : il faudra toujours que quelqu’un appuie sur le bouton et passe au travers des procédures, pour que nos patrons puissent aller de plus en plus vite. Il m’arrive de temps en temps d’avoir à corriger une tournure de phrase un peu maladroite. C’est rare, puisque les courriels arrivent et repartent à une vitesse telle que l’on se contente en général du langage sms à peine amélioré. Mais lorsque cela se produit, Oh Joie, bonheur et félicité : je peux enfin me jeter avec délices sur mon Bescherelles et peaufiner avec la plus grande délectation le français quelque peu maladroit que l’on me jette en pâture (là encore, c’est un doux euphémisme pour qualifier un style comportant en moyenne deux fautes d’orthographe par phrase). Mais ce plaisir simple m’est le plus souvent refusé puisque nous avons la chance d’avoir des spécialistes chargés de vérifier la qualité du français et de l’anglais. Que me reste-t-il ? Le plaisir de flâner à la librairie du coin tous les midis en attendant la fin de journée, et surtout, la fin de semaine, avec impatience.

Car la vraie vie commence à 18h, quand je retrouve ma petite famille et mes animaux. Être une travailleuse automate me permet justement de cultiver mes tomates ...

À ce propos d’ailleurs, je suis en train de lire L’Art de l’essentiel. Je pense que je vais m’en inspirer pour notre ménage de printemps. Cet hiver nous avons failli déménager. Nous étions tombés en amour avec une grande maison (avec piscine et salle de bains avec bain à remous) mais le projet est tombé à l’eau. Qu’à cela ne tienne : plutôt que de chercher ailleurs ce que nous n’avons pas, pourquoi ne pas améliorer ce que nous avons ? En commençant déjà par faire de l’espace. Je suis sûre que la maison nous semblera beaucoup plus grande, une fois que nous nous serons débarrassés du superflu. Nous avons déjà commencé d’ailleurs. Il faut dire qu’il y a du boulot, étant donné que j’ai du rapatrier l'an dernier mon atelier à la maison. Ce fut tout un casse-tête pour caser tout ça. Mais le résultat est loin d’être satisfaisant. Il va falloir prendre de grands moyens : vider, jeter, et ranger. À tous les niveaux : meubles, objets, vêtements. Y compris les toiles (enfin, les vieilles, uniquement). Pour les vêtements c’est facile. Il suffit de regarder ce qui n’a pas été porté un an et de jeter, sans la moindre pitié. En ce qui me concerne c'est déjà chose faite, depuis ce matin. Pour les meubles c’est plus difficile. Mais il va bien falloir épurer. Mieux vaut avoir peu de possessions que de vivre dans un bric-à-brac qui nous encombre l’esprit autant la maison. L’un étant le reflet de l’autre d’ailleurs. Difficile d’appliquer ça avec un p’tit gars qui garde tout, absolument tout, y-compris la boîte en carton du dernier repas enfant du Saint-Hubert … Mais bon, c’est une question de fermeté. On va y arriver, lentement, mais sûrement. D’ici cet été, on va dire …

Parce que, justement, la vraie vie commence à 18h pour s'épanouir le samedi et le dimanche. Deux belles journées pour faire le ménage, remplir le frigo (et le vider), jouer avec Ziggy, prendre l’air, sortir Oriane, et monter Kanuck. À propos nous avons failli les perdre tous les deux : Oriane, parce qu'elle a fugué cette semaine et nous a fait une belle frayeur (probablement en courant après un écureuil derrière le jardin) et Kanuck, parce que c'est un cheval vraiment difficile. Mais j'ai réussi à le reprendre en main. Tout est bien qui finit bien.

L'aventure continue ...